Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CATECHISME DE L'EGLISE SYRO-ORTHODOXE FRANCOPHONE

Petit Catéchisme de l'Eglise Syro- Orthodoxe-Francophone. Ce Site est en construction,il entend donner quelques premiers éléments aux parents qui vivent éloignés de nos "Centres de Messes" et Paroisses.(Son contenu tient compte des acquis d'accords doctrinaux qui sont les fruits du dialogue oecuménique et théologique.)

Chapitre II(2): De la Sainte Trinité et de l’Unité de Dieu.

Publié le 25 Mars 2009 par Servus in Catéchisme - Catéchèse.

Chapitre II(2): De la Sainte Trinité et de l’Unité de Dieu.

 

Chapitre  Deux

1010092_1434162220169082_6605724543618897427_n.jpg

De  la  Sainte  Trinité et  de  l’Unité  de  Dieu


Lorsque tu récite le "Je crois en Dieu", tu dis: Je crois en Dieu le Père
tout- puissant...en Jésus- Christ Son Fils unique...au Saint Esprit..."
.
Tu affirme donc ici qu'il n'y a qu'un seul Dieu , mais qu'en Lui il y a trois
 personnes.
Or, qui nous a clairement dévoilé ce mystère, sinon le Verbe fait chair:
Jésus- Christ, le Fils de Dieu Lui-même.

Au début de Sa vie publique, Jésus, comme "Nouvel Adam", pour se
montrer solidaire de l'humanité pècheresse quoiqu'il fut, Lui, sans péché;
s'approcha des bords du Jourdain pour  demander à Son cousin St Jean
dit "le Baptiste" de Lui conférer le Baptême de pénitence. 
Il montrait ainsi déjà qu'Il entendait se charger des péchés du monde
entier. 
Mais Jean- Baptiste, sachant que Jésus était le Messie, se refusait à le
baptiser. Pourtant, afin de manifester le mystère de la Vie en Dieu, Jésus
 obtint de Jean ce Baptême de pénitence. Aussi, dès que Jésus sortit de
 l'eau, se fit entendre la voix du Père Céleste qui disait: -"Celui-ci est
mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis toutes mes complaisances"
tandis
que l'Esprit- Saint, sous la forme d'une colombe, planait au dessus de la
 personne du Verbe-Incarné.
Ainsi se manifesta la Ste Trinité.
De plus, alors qu'Il achevait Sa mission et avant de retourner à Son
Père,Notre- Seigneur intimait cet ordre à  Ses Apôtres et disciples:
 
-"Allez, enseignez toutes les Nations, baptisez- les an nom du Père et du
Fils et du Saint Esprit"


 

 

REPONDEZ:
- Qu'affirmez vous quand vous récitez le "Je Crois en Dieu" ?

- A quel moment Jésus se fit- il baptise par Jean-Baptiste ?

- Qu'arriva t-il après le baptême de Jésus?

- A quel autre moment Jésus parla t-il du mystère de la Ste
Trinité ?...


1 Qu’entend t’on par la Trinité et l’Unité de Dieu ?

-Nous voulons dire que Dieu est un Dieu,
subsistant en trois personnes distinctes
appelées:
* le Père,
* le Fils et
* le Saint-Esprit .

2  - Chacune des trois personnes est-elle
Dieu ?

- Oui, et elles sont toutes égales dans leur
Déité .

3  -  Les trois personnes ne sont-elles pas
trois Dieux ?

- Non, elles sont en seul Dieu parce qu’elles sont
d’une seule essence, d’une seule Déité, d’une seule
 nature,et ne possèdent qu’une action et n'exercent
 qu' une Seigneurie .

4  -  Quels sont les aspects distincts des trois Personnes ?

- L’aspect spécifique de la Première Personne est la Paternité, celui de
 la Deuxième Personne Sa Filiation,de la Troisième Sa Procession.
C’est ainsi que nous distinguons les trois Personnes du Seul Dieu unique.

POUR MA VIE:
Je penserai souvent que par le Saint Baptême, je suis uni dès ici- bas

à la Très SainteTrinité , que je suis aimé du Père, sauvé par le Fils et

sanctifié par l'Esprit- Saint. Aussi,si par un péché grave, j'étais

sortit de cette amitié divine, je me résoluerais à me confesser au

plus tôt pour la retrouver. 
PRIERE:
Gloire au Père,et au Fils, et au Saint Esprit;et que Sa miséricorde et Sa

grâce abondent en nous en ce siècle et pour les siècles des siècles.

Amîn.
PAROLE DE DIEU:
-"Que la grâce de Notre-Seigneur Jésus- Christ, l'amour de Dieu le Père et la communication du Saint Esprit soient avec vous tous !" (St Paul . II Cor.XIII.13)


 

Chapitre II(2): De la Sainte Trinité et de l’Unité de Dieu.

  CATÉCHISME POUR LES ADULTES
.

 

QUATRIÈME LEÇON

 

DU MYSTÈRE DE LA SAINTE TRINITÉ

 

 

 

 

Les chrétiens orthodoxes croient en un Dieu Trinité, Père, Fils et Saint Esprit. La Trinité n'est pas trois dieux, mais un seul Dieu en trois Hypostases, c'est-à-dire en trois entités personnelles indépendantes. C'est comme si 1 égalait 3 et 3 égalait 1. Ce qui en mathématique ou en logique semblerait absurde s'érige ici comme la pierre angulaire de la foi chrétienne.

Le chrétien communie au mystère de la Trinité non  par des raisonnements logiques, mais par le repentir, c'est-à-dire par le changement et le renouvellement complets de l'esprit, du cœur, des sentiments, de notre nature tout entière (le mot grec pour « repentir », metanoïa signifie littéralement « revirement de l'esprit »,conversion). Il est impossible de communier à la Trinité tant que l'esprit n'a pas été illuminé et transfiguré.

 

 

L'enseignement sur la Trinité n'est pas une invention de théologiens, mais une vérité divinement révélée.

Lors du baptême de Jésus-Christ, Dieu se manifeste pour la première fois et en toute clarté au monde comme Unité en trois Personnes:

-« Tout le peuple se faisant baptiser, Jésus fut aussi baptisé; et, pendant qu'il priait, le ciel s'ouvrit, et le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles: Tu es mon Fils bien-aimé; en Toi j'ai mis toute mon affection » ( St Lc 3,21-22).

 La voix du Père se fait entendre du ciel, le Fils est dans les eaux du Jourdain, l'Esprit descend sur le Fils.

A de nombreuses reprises dans les StsEvangiles Jésus-Christ révèle son unité avec le Père, son envoi par le Père dans le monde, sa désignation comme Fils de Celui-ci (St Jn 6-8, etc.).

Il promet également aux Apôtres et disciples d'envoyer l'Esprit Consolateur, qui procède du Père (St Jn 14,16-17, 15,26, etc.).

En envoyant les disciples à la prédication, il leur dit:

-« Allez, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (St Mt 28,19).

Dans les Actes  des Apôtres il est également fait mention du Dieu-Trinité:

-« Il y en a trois qui rendent témoignage: le Père, la Parole et l'Esprit Saint, et les trois n'en font qu'un » (1 Jn 5,7).

 

 

C'est seulement après l'avênement du Verbe-Divin (de la Parole-Divine ) dans notre chair humaine que, par ce Christ (l'Oint, le Messie), que Dieu Se révéla clairement aux hommes comme Trinité.
 

 

 

Termes et formules

 

Le plus simple ne serait-il pas d'expliquer le mystère de l'Uni- Trinité comme le fit saint Spiridon, présent au Concile de Nicée?
On lui demanda comment il était possible que Trois apparaissent simultanément comme Un, et au lieu de répondre il prit une brique et la broya dans ses mains.
De l'argile émiettée dans les mains du saint, une flamme s'échappa vers le haut et vers le bas une eau se mit à couler.
- « De même que dans cette brique il y a du feu et de l'eau, dit-il, de même dans le Dieu unique il y a trois Personnes... ».

 

 

Le Dieu Trinité n'est pas un être figé, il n'est pas repos, immobilité, statisme.
-« Je suis Celui qui suis », dit Dieu à Moïse (Ex 3,14). Celui qui est signifie l'existant, le vivant. En Dieu est la plénitude de vie, et la vie est mouvement, phénomène, révélation. Certains des noms divins, ont un caractère dynamique: Dieu est comparé au feu (Ex 24,17), à l'eau (Jr 2,13), au vent (Gn 1,2).
Dans le Cantique des Cantiques une femme cherche son bien-aimé, qui fuit loin d'elle.

Selon la tradition chrétienne cette image fut interprétée (par Origène, Grégoire de Nysse) comme représentant l'âme lancée à la poursuite de Dieu qui sans cesse se dérobe à elle.

L'âme cherche Dieu, L'a-t-elle à peine trouvé qu'elle Le perd à nouveau, elle s'efforce de Le concevoir, mais Il reste inconcevable, elle s'efforce de Le contenir, mais ne peut y parvenir. Il se meut à une extrême « rapidité », toujours au-delà de nos forces impuissantes à Le suivre. Trouver et rattraper Dieu signifie accéder soi-même à l'état divin. De même que, selon les lois de la physique, si un corps matériel se mettait à se déplacer à la vitesse de la lumière, il se transformerait lui-même en lumière, de même en est-il de l'âme: plus elle se rapproche de Dieu, plus elle se remplit de Sa lumière et devient porteuse de lumière...

 

 

L’Unité de l’amour

 

Un des plus nobles noms donné à Dieu vient de  l'apôtre St  Jean le Théologien:
-« Dieu est amour ».
 (1 Jn 4,8; 4,16).

Mais il n'y a pas d'amour sans l'être aimé. L'amour présuppose l'existence de l'autre. Une monade seule et isolée ne peut que s'aimer elle-même: l'amour de soi n'est pas l'amour.

L'unicité d'un être égocentrique ne manifeste pas encore la personne. De même que l'être humain ne peut se reconnaître comme personne en dehors d'une relation avec les autres personnes, de même il ne peut y avoir en Dieu un être personnel en dehors d'une relation d'amour avec un autre être personnel.

Le Dieu Trinité est la plénitude de l'amour, chaque Personne-Hypostase étant tournée avec amour vers les deux autres Personnes-Hypostases. Au sein de la Trinité les Personnes se reconnaissent comme « Je et Tu »: « Toi, Père, Tu es en Moi et Moi en Toi », dit le Christ au Père (St Jn 17,21). « Tout ce que le Père a est à Moi; c'est pourquoi J'ai dit qu'Il (l'Esprit) prend de Moi ce qui est à Moi, et qu'Il vous l'annoncera » (St Jn 16,15). « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu », ainsi s'ouvre l'Evangile de St Jean (Jn 1,1). Dans le texte grec il y a « tourné vers Dieu » (pros ton theon), soulignant par là le caractère personnel des relations réciproques de Dieu Parole et de Dieu Père: le Fils non seulement est engendré du Père, non seulement Il existe avec le Père, mais Il est tourné vers le Père. Chaque hypostase dans la Trinité est ainsi tournée vers les autres hypostases. Saint Maxime le Confesseur parle du « mouvement éternel [de la Trinité] dans l'amour ».

 

 

Sur l'icône de la Sainte Trinité de saint André Roublev, ainsi que sur les autres icônes de ce type iconographique, nous voyons trois anges assis à une table sur laquelle se trouve une coupe, symbole du sacrifice expiatoire du Christ. Le sujet de l'icône est emprunté à l'épisode déjà cité de la vie d'Abraham (ce motif iconographique s'appelle « l'hospitalité d'Abraham »), les trois personnages sont représentés tournés à la fois les uns vers les autres et vers la coupe.

Sur cette icône est comme imprimé l'amour divin qui règne au sein de la Trinité, et dont la plus haute manifestation se traduit dans l'acte expiatoire du Fils. Comme l'a dit saint Philarète (Drozdov), c'est
« l'amour du Père crucifiant, l'amour du Fils crucifié, l'amour de l'Esprit Saint qui triomphe par la puissance de la croix ». L'immolation sur la croix de Dieu le Fils est également un acte d'amour du Père et de l'Esprit Saint.




TRAITS HISTORIQUES


Les trois personnes de la sainte Trinité, l'Uni- Trinité se sont manifestées au baptême de Jésus-Christ par saint Jean-Baptiste : Le Père y a parlé du haut du ciel, et à dît : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toutes mes complaisances. » Le Fils a été baptisé, et le Saint-Esprit est descendu sur lui, sous la forme d'une colombe.

See original image


A la suite d'une crise menaçante pour sa vie, un illustre moribond parut s'éveiller, comme pour dire d'une voix solennelle : Je meurs chrétien, je meurs catholique, je crois en Dieu le Père, je crois en Dieu le Fils, je crois en Dieu le Saint-Esprit. Cet homme, et c'était Jean-François Lesueur, savait bien que la première condition pour être chrétien et catholique, c'est de croire en la sainte Trinité.

bouclier_foi_quicumque.jpg

SYMBOLE DE ST ATHANASE:

Quicúmque vult salvus esse, ante ómnia opus est ut téneat cathólicam fidem: ...

Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique : ...

Voici la foi catholique : nous vénérons un Dieu dans la Trinité et la Trinité dans l'Unité, sans confondre les Personnes ni diviser la substance : autre est en effet la Personne du Père, autre celle du Fils, autre celle du Saint-Esprit ; mais une est la divinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit, égale la gloire, coéternelle la majesté.

Comme est le Père, tel est le Fils, tel est aussi le Saint-Esprit : incréé est le Père, incréé le Fils, incréé le Saint-Esprit ; infini est le Père, infini le Fils, infini le Saint-Esprit ; éternel est le Père, éternel le Fils, éternel le Saint-Esprit ; et cependant, ils ne sont pas trois éternels, mais un éternel ; tout comme ils ne sont pas trois incréés, ni trois infinis, mais un incréé et un infini. De même, tout-puissant est le Père, tout-puissant le Fils, tout-puissant le Saint-Esprit ; et cependant ils ne sont pas trois tout-puissants, mais un tout-puissant.

Ainsi le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu ; et cependant ils ne sont pas trois Dieux, mais un Dieu. Ainsi le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur, le Saint-Esprit est Seigneur ; et cependant ils ne sont pas trois Seigneurs, mais un Seigneur ; car, de même que la vérité chrétienne nous oblige à confesser que chacune des personnes en particulier est Dieu et Seigneur, de même la religion catholique nous interdit de dire qu'il y a trois Dieux ou trois Seigneurs.

Le Père n'a été fait par personne et il n'est ni créé ni engendré ; le Fils n'est issu que du Père, il n'est ni fait, ni créé, mais engendré ; le Saint-Esprit vient du Père et du Fils, il n'est ni fait, ni créé, ni engendré, mais il procède. Il n'y a donc qu'un Père, non pas trois Pères ; un Fils, non pas trois Fils ; un Saint-Esprit, non pas trois Saint-Esprit.

Et dans cette Trinité il n'est rien qui soit avant ou après, rien qui soit plus grand ou plus petit, mais les Personnes sont toutes trois également éternelles et semblablement égales. Si bien qu'en tout, comme on l'a déjà dit plus haut, on doit vénérer, et l'Unité dans la Trinité, et la Trinité dans l'Unité. Qui donc veut être sauvé, qu'il croie cela de la Trinité.

Mais il est nécessaire au salut éternel de croire fidèlement aussi en l'incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ. C'est donc la foi droite que de croire et de confesser que notre Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, est Dieu et homme.

Il est Dieu, de la substance du Père, engendré avant les siècles, et il est homme, de la substance de sa mère, né dans le temps ; Dieu parfait, homme parfait composé d'une âme raisonnable et de chair humaine, égal au Père selon la divinité, inférieur au Père selon l'humanité. Bien qu'il soit Dieu et homme, il n'y a pas cependant deux Christ, mais un Christ ; un, non parce que la divinité a été transformée en la chair, mais parce que l'humanité a été assumée en Dieu ; un absolument, non par un mélange de substance, mais par l'unité de la personne.

Car, de même que l'âme raisonnable et le corps font un homme, de même Dieu et l'homme font un Christ. Il a souffert pour notre salut, il est descendu aux enfers, le troisième jour il est ressuscité des morts, il est monté aux cieux, il siège à la droite du Père, d'où il viendra juger les vivants et les morts. À sa venue, tous les hommes ressusciteront avec leurs corps et rendront compte de leurs propres actes ...

 

 

Symbole « Quicumque », dit de saint Athanase (entre 430 et 500) 

(trad. Dumeige, La Foi catholique, Orante 1975, p. 9) 

 
Chapitre II(2): De la Sainte Trinité et de l’Unité de Dieu.